La Roulotte de Marianne Smolders

© B. Laurent

Composite inaugure une nouvelle mouture de son blog, dédiée à ses créateurs/créatrices. On commence avec La Roulotte de Marianne !

Marianne fait partie de nos occupants de longue date. Son projet ? Redonner vie aux tissus oubliés, et ce de plusieurs manières. Pour atteindre ses ambitions ultra-créatives, Marianne a récemment lancé une campagne de crowdfunding. Sans plus attendre, découvrez la présentation de son projet et le parcours de notre Belle-Marianne locale :

Qui es-tu ?

Je m’appelle Marianne, carolo d’adoption et maman comblée de trois magnifiques jeunes femmes.

Comment a commencé ta passion pour les tissus ?

Petite fille, je me déguisais. Non pas avec des robes de princesse mais avec des jupons de bohémienne et je fouillais les armoires de ma mère et de mes grand-mères à la recherche de l’étoffe qui me parlait. Imaginez ces nappes brodées à la main, ces robes années 50, ces plaids patchwork faits main… C’était le paradis !

Et ton activité de couturière ?

J’ai grandi dans une famille très modeste où la création occupait une grande place, sans doute un peu par nécessité mais aussi parce que c’était normal de ne pas jeter ce qui pouvait encore servir. Bricolage en tout genre, tricot et couture récup’, ce brassage créatif a bercé ma jeunesse.

 

Quelques années plus tard, la couture s’est imposée à moi comme la lune qui brille à son apogée. J’ai appris en décousant, j’ai cousu en me trompant… et la magie a opéré. Je n’avais jamais posé les mains sur une machine, ni manié l’aiguille autrement que pour repriser une chaussette. Comme alternative au tissu neuf, j’ai utilisé ce que j’avais sous la main : les vêtements usés de mes filles… j’en ai fait des sacs, un rideau, des pochettes et débuté ainsi mes premiers pas dans la couture.

 

La Roulotte a démarré fin 2016 et peu de temps après son lancement, j’ai participé à plusieurs marchés de créateurs et à mes premiers festivals en tant qu’exposante. D’autres expos ont suivi, dont le salon Récup’Ere à Namur, qui m’ont confirmé que je faisais bonne route.

Comment décris-tu ton expérience à Composite ?

Je m’y sens bien. L’esprit communautaire m’a appris le partage d’idées et de savoirs, des échanges authentiques, bref un nid où il fait bon s’y poser et construire ensemble un monde meilleur !

 

Je reprends les mots si justes d’un ami qui a écrit au sujet de nos Espaces Créatifs Partagés :” Composite c’est une chaîne où il n’y a que des maillons forts, c’est un espace humain de rencontres, d’opportunités, de projets communs. C’est une manière de survivre parfois en ces temps difficiles, de vivre de sa passion toujours, et plus loin vivre tout court”.

En parallèle de la couture, tu as développé un nouveau projet. Peux-tu nous en parler ?

Dans mon atelier, il y a aussi les carnets de dessin. Ces carnets, je comptais les garder précieusement dans mes tiroirs juste pour moi. Des échanges avec mes amis créateurs qui me disent “Marianne, tu devrais faire quelque chose de ces dessins”. C’est alors apparu comme une évidence. Tout était là devant moi : fusionner la couture et le dessin. L’objectif principal est de faire imprimer mes dessins sur des tissus qui auront été recyclés au préalable, et donc de proposer une gamme d’imprimés uniques.

 

Ces tissus imprimés serviront ensuite à lancer un projet de création de lampes avec un designer, Axel Rons. Entièrement réalisés avec des matériaux de récup, les abats jours seront faits de mes tissus dessinés-recyclés et du savoir faire d’Axel pour le support bois. Ces tissus imprimés de La Roulotte seront aussi disponibles au mètre, pour celles et ceux qui souhaitent en acquérir.

Les dessins intuitifs de Marianne de La Roulotte

© B. Laurent

Envie d’en savoir plus ? Allez découvrir toute l’histoire de Marianne sur sa page Kiss Kiss Bank Bank.

 

>> Soutenir la campagne de crowdfunding de Marianne <<